Le Carême nous prépare pour Pâques

Classé dans : Sans catégorie | 0

Le Carême: quelques explications

Le mot Carême vient du mot quarante… Le mot quarante dans la Bible est symbolique. Plus qu’une durée précise, il désigne un temps de méditation, d’épreuves, d’abandon entre les mains du Père pour devenir un peu plus à son image.

  • Le temps du carême commence le mercredi des cendres (jour où l’on brûle les vieux rameaux) et se termine le samedi saint. C’est un temps de montée vers Pâques.
  • Si l’on compte tous les jours entre le mercredi des cendres et la veille de Pâques, on obtient 46 jours.
  • Autrefois, le jeûne était important durant les semaines de Carême; mais, on ne jeûnait pas le dimanche, jour de Résurrection. Les dimanches n’étaient pas comptés dans le carême. On arrivait donc au nombre symbolique de quarante jours pour le temps du Carême.

Dans le temps du Carême, on met en valeur la semaine sainte; on l’aborde différemment. Cette Semaine commence le dimanche des Rameaux (jour où l’on cueille les nouveaux rameaux).

Durant le Carême, l’accent porte sur la grâce de Dieu et sur la réponse de l’homme. Le Carême nous mène à ce moment sublime qu’est Pâques. Le Vendredi Saint, avec la crucifixion du Christ, fait évidemment partie du Carême, mais n’en constitue pas l’unique élément ou l’élément principal. Le Vendredi Saint et le Carême ne doivent pas être considérés comme une sorte de´veillée commémorative` de la mort du Seigneur. Le Carême veut nous conduire à Pâques et à la victoire que le Seigneur a remportée sur le péché, la mort et Satan. Nous ne devons pas faire de lui une période de pénitence durant laquelle l’important serait de jeûner et de renoncer à certains éléments de confort. L’accent doit principalement porter sur le Christ et son sacrifice expiatoire (Hébreux 2 :17).

Les 40 et le Carême

Le temps du Carême nous rappelle les quarante années de l’Exode d’Israël dans le désert. Les quarante ans sont aussi symboliques: ils représentent le temps nécessaire qu’il a fallu à tout un peuple pour changer, pour se délester du poids de tout ce qui est noir, obscur, néant, afin de pouvoir s’ouvrir plus pleinement à la Lumière et naître enfin à Dieu (arrivée en Terre Promise).

Le temps de Carême nous rappelle aussi:
–>les quarante jours que Jésus passe au désert (le lieu inhospitalier des tentations);
–>les quarante jours du déluge (création d’une nouvelle humanité plus proche de Dieu);
–>la ville de Ninive qui a un sursis de 40 jours pour changer de vie…

Le désert et le Carême

A propos du désert: c’est un lieu de « passage », de transformation, où l’on se reconnaît pauvre devant l’Infini, où l’on se dépouille de tout ce qui est, en nous, « mort », noirceur, obscurité… afin de revêtir le resplendissant don de Dieu.

Le temps du Carême peut être, pour nous, un temps de « désert », un temps de refus de toutes nos obscurités, un temps d’abandon à la Grâce de Dieu pour un meilleur et merveilleux épanouissement. Un temps de transfiguration.

La cendre et le premier jour du Carême

Le mercredi des Cendres est le premier jour de Carême. Ce jour-là, les chrétiens participent à une célébration au cours de laquelle leur front est marqué d’un peu de cendre. Cette cendre provient des rameaux de l’année précédente qui ont été brûlés.

La cendre est grise, triste, sans vie… Elle nous rappelle nos existences si souvent encombrées par le péché, si souvent fragiles devant le mal…

Recevoir un peu de cendre sur le front, c’est donc avoir l’humilité de reconnaître que trop souvent nous sommes éloignés du Feu de l’Amour divin… C’est aussi savoir que Dieu nous attend toujours et qu’Il espère infiniment un pas de nous vers Lui, une ouverture de notre cœur, afin qu’Il puisse rallumer notre mèche grise, afin qu’Il puisse rallumer nos vies… C’est enfin s’engager, avec un cœur pur, vrai, à se laisser conduire et transformer par le Feu Infini de Dieu…

Le mercredi des Cendres est donc un commencement, un départ: notre présence à la célébration des Cendres est le signe de notre volonté de conversion, le signe de notre désir de revenir à Dieu avec toute la force de notre cœur!

Dans l’Ancien Testament, on s’asseyait sur la cendre, ou on se couvrait de cendres. C’était une manière de se reconnaître pécheur et de dire son envie de changer de vie, son envie de revenir à Dieu. La fête des cendres vient de là. (On pourra relire Jonas 3 ou Job)

Horaire des cultes pour le mercredi des cendres et pour le Carême 2020

  • à Montréal:
    • le mercredi des cendres, 26 février 2020, à 18h
    • les lundis du Carême 2020, 13h30 (du 3-31 mars)
    • le Dimanche des Rameaux 5 avril)
    • le Jeudi Saint (9 avril)
    • le Vendredi Saint (10 avril)
    • le Dimanche de Päques – la résurrection du Seigneur (12 avril)
  • Trouvez une communauté luthérienne près de chez-vous

Méditations quotidiennes pour le Carême 2020: « Jésus nous libère«

ressources et lectures pour poursuivre :

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *